Et mon désir d'enfant ?

Une fois la maladie diagnostiquée, il est urgent de trouver une contraception adaptée à votre situation avec votre médecin. En effet, concevoir ou porter un enfant durant les traitements contre le cancer, est fortement contre-indiqué : les traitements qui vous seront prescrits peuvent affecter très largement son développement.

Mais il est important d'exprimer votre désir d'enfant afin que votre médecin puisse organiser une prise en charge adaptée, selon que vous soyez une femme ou un homme.

Certains traitements ou interventions chirurgicales peuvent, en raison de leurs effets secondaires, avoir pour conséquence une diminution ou un arrêt de la production des spermatozoïdes chez l’homme ou des ovocytes chez la femme et donc présenter un risque pour une fertilité immédiate ou future.

Cet arrêt de la production peut être transitoire ou définitif en fonction du type de traitement. Les médecins qui vous suivent ainsi que nos équipes soignantes, peuvent vous apporter toute l'information sur l’existence de risques pour la fonction de reproduction. Parlez-en avec votre oncologue !

Dans ce contexte, la préservation de la fertilité est en général possible et fait appel à des méthodes spécifiques qui doivent être mises en place avant de débuter les traitements.

Péservation de la fertilité féminine

Les traitements bénéfiques pour guérir du cancer, peuvent être cependant toxiques pour les ovaires et altérer la fertilité féminine, en détruisant partiellement ou totalement la réserve d'ovocytes.

Comment préserver la fertilité féminine?

Il existe plusieurs techniques de préservation de la fertilité féminine :

  • cryoconservation de tissu ovarien
  • réalisation d’une fécondation in vitro avec congélation des embryons obtenus, en vue de leur réimplantation après guérison
  • stimulation hormonale pour obtenir plusieurs ovocytes et les congeler (vitrification), en vue d’une fécondation in vitro après guérison
  • transposition d’un ovaire pour éviter son irradiation en cas de radiothérapie…

Le choix de la technique la plus adaptée dépend de multiples paramètres : l’âge de la patiente, la toxicité des traitements reçus ou à recevoir, l’état de sa réserve ovarienne, le fait qu’elle soit en couple ou célibataire, l’urgence pour débuter le traitement de sa maladie, la nature de sa maladie…

Ce choix est discuté au cas par cas avec la patiente par l’équipe médicale qui la prend en charge.

Où peut-on préserver sa fertilité?

Centre de PMA de Haute-Alsace
Fondation de la maison du Diaconat

19, rue d'Alsace
68067 MULHOUSE
03 89 55 85 55

Horaires de l'accueil
Lundi au vendredi, le matin - 8h30 à 12h30
Lundi, mercredi et jeudi, l'après-midi 14h à 19h

Préservation de la fertilité masculine

Comme chez les femmes, les traitements pour lutter contre le cancer peuvent être toxiques chez l'homme, pour la formation des spermatozoïdes. Ils peuvent altérer la fertilité masculine en détruisant partiellement ou totalement le mécanisme de production des spermatozoïdes (spermatogenèse).

Comment ça se passe?

Le patient concerné doit prendre un rendez-vous au laboratoire autorisé pour congeler et conserver le sperme. La conservation doit se faire AVANT de débuter le traitement et/ou AVANT l'intervention chirurgicale.

Le patient est reçu par un des médecins du laboratoire de Biologie de la Reproduction-CECOS, qui lui donne des informations concernant la congélation, la conservation et l’utilisation future de ce prélèvement.

Où peut-on préserver sa fertilité?

Laboratoire de Biologie de la Reproduction-CECOS
GHRMSA

20, rue du docteur Laennec
68100 MULHOUSE
03 89 64 61 16

Horaires de l'accueil :
Du lundi au vendredi - 7h30 à 18h00

Les questions les plus fréquentes ?

Combien de temps peut-on conserver les gamètes congelés  ?

Les gamètes (spermatozoïdes et ovules) peut être conservés aussi longtemps que le patient le souhaite.

Chaque année, un courrier informe le patient de la situation et lui demande s’il souhaite poursuivre ou non la conservation du prélèvement.

Qui peut utiliser les gamètes congelés ?

Seule la personne qui a congelé les gamètes peut les utiliser.

Et comment faire si je déménage ?

Il est important de signaler votre déménagement au CECOS où sont conservés vos gamètes.

Il existe 23 CECOS en France et vous pouvez transférer vos gamètes d’un CECOS à l’autre. Le transfert reste cependant à votre charge. Il est possible de transférer vos gamètes dans un centre à l’étranger. Mais l'importation et l’exportation de gamètes sont soumises à une autorisation délivrée par l’Agence de la biomédecine. Un dossier de demande d’autorisation « Importation / Exportation de gamètes ou tissus germinaux » doit être rempli avec l’aide des 2 centres. Cette fois encore, le transport reste à votre charge.

  • Accueil
  • Moi et les autres
  • Mon désir d'enfant

Merci à tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à la construction de ce site.

compteur visiteur html